La ville sans Vent, Léonore Devillepoix

Au milieu d'une étendue glacée se dresse Hyperborée, cité protégée du froid et des intempéries par son dôme et sa magie. S'y élève d'immenses tours où les plus fortunées mènent une vie fastueuse du haut de leur septième étage. Quant aux habitants du plancher, qu'ils remercient le Basileus de les tolérer dans sa somptueuse ville !

Vaisseau d’Arcane, Tome 1 – Les Hurleuses, d’Adrien Tomas : Trop de rouages pour une seule machine

Au menu de ce roman choral : une jeune femme prenant la fuite pour sauver son frère, touché par un éclair de magie qui l'a transformé en poupée humaine (et en source de puissance potentielle), un assassin aux motivations obscures et un diplomate issu des abysses, vivant dans son aquarium personnel, le tout sur fond de politique (intérieure comme extérieure) et de complots.

L’ensorceleur des choses menues, Régis Goddyn : une apologie du commerce dans un monde de fantasy

Barnabéüs, vieil ensorceleur des choses menues, voit sa fin se profiler. Il ferme sa boutique et débute la rédaction de ses mémoires. Mais une jeune fille, Prune, ne cesse de le déranger. Elle le supplie de l'aider à retrouver son fiancé, parti depuis plus d'un an vers la cité où l'on devient mage. Bon gré, mal gré, l'ensorceleur et la fiancée vont parcourir la voie du Haut Voyage.

Mers Mortes, d’Aurélie Wellenstein #PLIB2020

Le monde se meurt. Les mers ont disparu, emportant avec elles toute la vie qu'elles abritaient. Les humains, rassemblés en une poignée de communautés autonomes, survivent difficilement au milieu de déserts stériles. Pas seulement à cause d'une pénurie d'eau, de nourriture ou d'oxygène. Mais à cause des marées spectrales et de leur myriade de fantômes avides d'âmes humaines.

Tous les oiseaux du ciel, de Charlie Jane Anders

Si je devais classer ce livre physiquement dans un rayonnage en fonction de son genre littéraire, je ne sais pas si je le rangerais du côté de la science-fiction ou du côté fantastique. Sans doute faudrait-il que je l'acquière en deux exemplaires... Car le genre de ce roman change en fonction du personnage principal du chapitre. D'un côté, il y a Patricia, sorcière qui parle aux animaux. De l'autre, il y a Laurence, génie de l'informatique. Mais même s'ils abordent le monde qui les entoure de manière quasiment opposée, le passé les relie.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑