Vert-de-Lierre, de Louise le Bars #PLIB2020

Fiche

Titre : Vert-de-Lierre

Auteur : Louise le Bars

Genre : Roman gothique, Fantastique

Public cible principal : adulte

Personnages : Olivier, un écrivain en manque d’inspiration, et Rose, une jeune femme énigmatique => –

Intrigue : Olivier cherche l’inspiration en se replongeant dans les contes de son enfance, mais c’est autre chose qu’il va trouver => –

Construction du récit : alternance entre les propos de l’écrivain et entre le texte écrit par Rose  => +

Univers : dans le village plane l’ombre du Vert-de-Lierre, une créature végétale assoiffée de sang => ++

Thèmes : la condition féminine à travers les âges et la monstruosité => +

Style : travaillé, mais identique tout au long du texte et un peu lourd à mon goût => –

Notes de la bibliothécaire :

Un écrivain de polar se planque à la campagne dans l’espoir de trouver l’inspiration en puisant dans un conte local que lui racontait sa grand-mère, l’histoire du Vert-de-Lierre, croque-mitaine des jardins et des forêts.

Ce roman ne m’a pas convaincu, et je pense que les raisons sont multiples (et tiennent autant à moi qu’au texte lui-même).

C’est un conte gothique, mâtiné d’horreur fantastique. Et l’horreur, notamment en littérature, j’y suis assez peu sensible. Pas de frisson ni de fascination pour moi au cours de cette lecture (contrairement au dérangeant Apostasie, par exemple). La mythologie du Vert-de-Lierre, faisant une belle place au paganisme, n’est pas dénuée d’intérêt, mais sa mise en scène ne m’a pas touché. De plus (spoiler léger), l’histoire devient assez vite une histoire d’amour, une passion dévorante, basée sur le mystère. Or, la romance n’est pas mon style de prédilection. Et puis, faire du mystère, la base d’une relation, ça me laisse parfaitement de marbre.

Par ailleurs, je me rends compte que je suis aussi assez sévère avec les romans où la littérature tient une place importante (j’en reparlerai prochainement dans ma critique de L’Arrache-Mots). Parler de roman dans un roman, ça me donne l’impression de me regarder le nombril. Je trouve ça au mieux sans intérêt, au pire désagréable (même si des exceptions existent : j’adore Morwenna de Jo Walton, où la littérature de SF tient une place de premier plan, et j’apprécie Fahrentheit 451 de Ray Bradbury, avec son principe de destruction méthodique des ouvrages écrits). Un personnage principal écrivain et un personnage secondaire se piquant d’écriture, cela n’avait donc rien pour me plaire.

L’écriture m’a aussi posé soucis, pour deux raisons. Tout d’abord, j’ai trouvé certains passages redondants, les phrases se succédant et s’empilant pour décrire une même réalité, diluant d’autant la force et la poésie des mots utilisés. Cette sur-explication omniprésente alourdit un texte déjà lesté par des tournures de phrase chantournées, destinées j’imagine à rendre hommage au roman gothique.

De plus, le récit se compose de deux blocs distincts : le journal de l’écrivain et le roman de la jeune inconnue. Malheureusement, ces deux parties sont écrites de la même manière, avec le même style d’écriture. J’aurais préféré que chacun ait un langage qui lui soit propre. J’ai beaucoup de respect et d’admiration pour les auteurs qui sont capables d’adapter leur style à leur propos (je pense notamment aux textes de China Miéville ou encore à  Janua Vera, l’excellent recueil de nouvelles de Jaworski). A mon sens, l’unité de ton de Vert-de-Lierre fait perdre une bonne partie de l’intérêt d’une séparation en deux du récit.

A travers la figure de la sorcière, ce roman traite de la condition féminine au cours des siècles et de la question de la monstruosité. Même si ces thèmes m’intéressent, cela n’a pas été suffisant pour me faire aimer ce livre. (Sur ces mêmes thèmes, j’ai largement préféré Félines de Stéphane Servant)

Avis :

Un roman court que j’ai trouvé finalement assez long. Une histoire dans laquelle je ne suis pas parvenue à rentrer, une lecture qui ne m’a procuré aucune émotion. Dommage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :