Le Paris des Merveilles, Tome 3 : Le royaume immobile, Pierre Pevel

Fiche

Titre : Le Royaume Immobile

Auteur : Pierre Pevel

Genre : Fantasy urbaine et uchronique

Public cible principal : adulte

Personnages : Griffont, mage intrépide du cercle Cyan, et Isabel de Saint Gil, charmante enchanteresse voleuse et aventurière. Un duo détonnant et attachant => ++

Intrigue : enquête sur un assassinat sur fond d’intrigues politiques => –

Univers : Paris, début du XXe siècle. Des ponts relient le monde des humains et celui des êtres magiques. Les arbres émettent une douce lueur et les chats volent et parlent. Un univers poétique et dépaysant => +

Thèmes : amour, amitié et aventures => ~

Style : un texte sans temps mort, mais non dénué d’élégance => +

Notes de la bibliothécaire :

Indubitablement, ce roman a de nombreux avantages pour lui.

Une écriture maîtrisée, tout d’abord. Rythmée tout en restant élégante. Teintée d’humour sans devenir risible. Descriptive sans être indigeste. Agréablement désuète sans tomber dans une préciosité ridicule. Élégante mais pas alambiquée. Parsemée de tournures travaillées sans perdre en clarté. Un texte qui s’apprécie et se déguste.

Des personnages bien campés, ensuite. Les relations du duo principal oscillent entre amour orageux et compétition amicale. Leurs conversations brillent par leurs réparties mordantes. Les personnages secondaires ont également des personnalités marqués et marquantes.

De plus, pas de ventre mou dans cette lecture. L’action ne s’arrête jamais, chaque péripétie en amenant une autre sans que jamais la lassitude ne s’installe.

Et, enfin, cet univers parisien est merveilleux.

Pourtant…

Je ressors assez mitigée de cette lecture, moins emballée que par les tomes précédents.

Premier coupable de ce sentiment : le scénario. Il tient beaucoup sur le silence de certains protagonistes, laissant les héros et les lecteurs dans le flou le plus total. Je trouve cette manière de garder éveillée l’intérêt du public très artificielle. C’est une technique d’écriture qui m’énerve. Quand un personnage garde un secret primordial à l’intrigue, qu’on sait qu’il cache quelque chose et qu’en plus cette chose est essentielle pour faire avancer l’histoire, ça détruit à mes yeux une grande partie du plaisir de la lecture… Que Gryffont ne sache rien de la situation de son ami, pourquoi pas. Mais moi, j’aurais aimé être dans la confidence !

De même, le climat politique n’est pas assez utilisé et mis en scène à mon goût…

Peut-être aussi ai-je trop espacé mes lectures des aventures de Gryffont. Je ne gardais qu’un souvenir très diffus des évènements des romans précédents et des personnages secondaires.

Sans doute aussi ai-je été moins charmée par l’univers, car je n’ai parcouru que des chemins déjà connu. La première fois que j’ai lu un tome d’Ambremer, chaque page comportait une découverte, un détail faisant pétiller mon imagination. Ce ne fut pas le cas ici. Même le royaume immobile, qui donne pourtant son titre au roman, n’est quasiment qu’un ressort scénaristique…

Avis :

Un bon roman d’aventure, un page-turner à la fois désuet et moderne. Mais reposant sur des ficelles qui m’ont semblé trop artificielles…

3 commentaires sur “Le Paris des Merveilles, Tome 3 : Le royaume immobile, Pierre Pevel

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :