Plaguers, de Jeanne-A. Debats

Fiche

Titre : Plaguers

Auteur : Jeanne-A. Debats

Genre : Post-apocalyptique, science-fiction avec des super-héros

Public cible principal : ?

Personnage : Lui fait jaillir des sources d’eau claire. Elle (?) fait pousser de magnifiques fleurs exotiques. Les leurs ont tous des pouvoirs incroyables. Les autres sont pleins de haines envers eux. Des personnalités atypiques auxquels je ne me suis malheureusement pas attachés émotionnellement => ~

Intrigue : Quentin est un Plaguer, un humain doté de super pouvoirs. Considéré comme un danger par la société, il se retrouve enfermé dans la Réserve, un lieu où ne vivent que des Plaguers. A cet endroit, il va nouer de nombreux liens… => +

Univers : la vie sur Terre se meurt. Plantes et animaux ont été détruits. Les humains survivent comme ils peuvent dans un monde à l’air irrespirable et aux pluies acides. Heureusement, les réacteurs Alyscamps apportent (aux plus riches) une source d’énergie infinie. En parallèle, de nouveaux humains apparaissent, des êtres surpuissants dont le génome a été modifié => ++

Thèmes : la peur de la différence, le respect de l’autre, la prise de responsabilité et l’acceptation de soi, le tout sur fond d’écologisme => ++

Style : un peu bavard à mon goût => –

Notes de la bibliothécaire :

Un roman de super héros dans un monde post-apocalyptique. Ça fait naître des images en toi ? Il est pourtant très probable que ça n’ait pas grand chose à voir avec Plaguers.

Un post-apo non axé sur la survie

On sait que le monde est détruit. Mais on le voit très peu. Les personnages ne se battent pas pour leur survie. Ils sont à l’abri dans des Réserves, de petits jardins d’Eden, florissant et agréable grâce à l’action combinée de réacteurs surpuissants et des pouvoirs des habitants.

Des super-pouvoirs, mais pas des super-héros

Les Plaguers peuvent contrôle aux vivants et aux éléments. Certains s’entourent de loups ou de serpents, d’autres peuvent influer sur la chimie du cerveau et certains font naître des tempêtes.

Badass.

Et pourtant, on ne va pas les voir se battre contre des grands méchants ou se décarcasser pour aider les autres. Ce sont des humains en prise avec des problèmes d’humains. Et même s’ils essayent parfois d’aider les autres, ce qui occupent leur vie, sont des préoccupations assez communes.

Qui suis-je ? Comment accepter la personne que je suis ? Qu’est-ce qu’être adulte ? Qu’est-ce que l’amour ?

On est vraiment sur des questionnements de fin d’adolescence, de passage à l’âge adulte, accompagnés de tout un développement sur ce qu’on ressent quand on est rejeté à cause de sa différence et sur la manière dont on peut faire face à ce rejet.

De ce point de vue là, je trouve que le roman aborde la question des pouvoirs d’une manière assez proche de celle du jeu de rôle Démiurges : les sentiments individuels restent au cœur des comportements de chacun. Avoir des super-pouvoirs ne fait pas des personnages des super-héros, juste des personnes en marge avec des peurs et des espoirs proches des nôtres. Et une responsabilité supplémentaire : le pouvoir de causer des grandes catastrophes autant que des petits miracles.

[Note à moi-même : je le savais ! La fin du monde vient de Lognes !]

Avis :

Un roman d’apprentissage sur la différence et l’amour au goût doux-amer. Je n’ai pas été vraiment transportée car je ne me suis pas attachée aux personnages et que ceux-ci sont au cœur de l’histoire, mais j’ai apprécié son ambiance à la poésie poisseuse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :